parution 21 août 2019  éditeur Les Humanoïdes Associés  Public ado / adulte  Thème Historique

Le Vent des libertaires T1

Né paysan, Makhno s’engage dans une révolution communiste libertaire en Ukraine au début du XXème siècle. Une biographie certes romancée, mais didactique dans le fond, d’un célèbre anarchiste libertaire.


Le Vent des libertaires T1, bd chez Les Humanoïdes Associés de Thirault, Zaghi
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Les Humanoïdes Associés édition 2019

L'histoire :

En février 1934, des syndicalistes distribuent des tracts à la sortie de l’usine Renault de Boulogne-Billancourt, en faveur du parti communiste. Un homme s’empare du papelard avec véhémence et moleste ces évangélisateurs sociaux. De loin, trois activistes le reconnaissent : il s’agit de Makhno, éminent anarchiste libertaire dans l’Ukraine du début du siècle. Ils projettent de l’assassiner, en mettant ce contrat entre les mains d’un certain Zimorski, son ami d’enfance, qu’ils tiennent par chantage. Makhno rentre chez lui, dans un appartement de Vincennes où il retrouve sa femme Galina et sa fille Lucie. Il tousse de plus en plus, la tuberculose est en train de le ronger. Pour préserver Lucie des miasmes, Galina prendra la tangente dès le lendemain, laissant Makhno seul avec les fantômes de son passé. Makhno se souvient du drame de son enfance. En 1899, pour éviter qu’il ne meure de famine comme son petit frère, sa mère l’avait fait adopter par la riche famille Vynnithenko. Mais l’enfant a 11 ans et un goût déjà bien prononcé pour sa liberté. Il ne supporte pas l’éducation stricte que tente de lui inculquer l’austère madame Vynnithenko. Et encore moins les brimades corporelles : le fouet taillera sur son dos de larges et profondes cicatrices. Il s’éprend néanmoins de sa « sœur » adoptive Katrin mais se rebelle chaque jour un peu plus contre les rigueurs de cette éducation ultra-bourgeoise. Il finit par s’enfuir et rejoindre la paysannerie alentour, sans s’éloigner de Katrin à qui il rend régulièrement et secrètement visite…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Encore plus radicaux que les bolcheviks, au début du XXème siècle, il y avait les communistes libertaires. A leur tête, Nestor Makhno est un peu l’alter ego iconographique du Che, mais bien plus tôt et bien plus à notre Est : dans les années 20, en Ukraine. Makhno bénéficie ici d’une sorte de biographie en deux tomes, certes largement romancée par le scénariste Philippe Thirault. Né paysan et pauvre, naturellement rétif à l’ordre bourgeois et révolté dans l’âme, Makhno se forgera une idéologie révolutionnaire précise et absolue, grâce à des années de prison consacrées à l’étude des maîtres-penseurs sur le sujet (Bakounine, Kropotkine). Ici, on lui découvre une famille d’adoption (fictive) et une idylle (a priori bidon), mais cela ne retire rien au mouvement historique de fond. La narration s’effectue à deux époques, les derniers jours de sa vie, à Paris, en 1934 et son parcours de jeunesse en Ukraine, de 1898 à 1917, avec un jeu de flashbacks en ping-pong. L’expérimenté Thirault sait rendre palpitante une chronique historique, on ne s’ennuie donc pas un seul instant – et on se cultive un chouya au passage. Certes académique, le dessin réaliste encré de Roberto Zaghi est irréprochable. Mouvements, expressivité et proportions des personnages, mise en scène et découpage impeccables, décors détaillés et documentés… un sans-faute. L’éminent Yves Frémion, libertaire dans l’âme, reprécise bien des choses sur le personnage et le contexte, au gré d’une postface intéressante. Mais au fond, qu’est-ce que la liberté ? Vous avez quatre heures…

voir la fiche officielle ISBN 9782731609196