parution 11 mars 2009  éditeur Casterman  collection Ligne rouge
 Public ado / adulte  Thème Policier

Assassins T1

Le docteur Petiot

Durant l'occupation, le docteur Petiot incinérait des juifs dans sa chaudière et s'appropriait leurs biens. En inauguration d'une nouvelle série, le portrait frissonnant d'un assassin à la personnalité complexe...


 Assassins T1 : Le docteur Petiot (0), bd chez Casterman de Rodolphe, Puchol, Yérathel
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2009

L'histoire :

Le 11 mars 1944, des voisins se plaignent de l’odeur épouvantable dégagée par une cheminée de la rue Lesueur, dans le 16e arrondissement parisien. En l’absence du propriétaire, un certain docteur Marcel Petiot, on craint un feu de cheminée et on fait appeler les pompiers. Ceux-ci pénètrent alors dans l’immeuble et se rendent à la cave, où se trouve la chaudière. Ils découvrent… un véritable charnier : des corps mutilés, visiblement destinés à l’incinération ! Appelé par téléphone, le docteur Petiot arrive du 9e arrondissement en vélo. Sur place, il prend aussitôt la mesure de sa situation délicate. Devant les gendarmes, il se fait donc passer pour le frère de Petiot, un résistant qui a œuvré en patriote : les corps de la cave sont ceux de collabos et de boches. Il prend aussitôt la tangente, disant craindre les autorités de Vichy. Pour essayer de comprendre ce parcours d’assassin, il faut remonter aux années 20, alors que Petiot s’installe en tant que médecin dans une petite ville à côté d’Auxerre. Il se constitue vite une clientèle grâce à sa générosité : il soigne les indigents sans les faire payer ! Mais sa réputation est aussi sulfureuse : il est un insatiable coureur de jupons et ses bonnes ont une fâcheuse tendance à disparaître. En outre, il pratique une médecine, disons novatrice, inventant tout un tas de procédés bizarroïdes… ce qui ne l’empêche pas de devenir maire de sa ville !

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

A l’instar de la collection Serial Killer de Soleil, la nouvelle « série » Assassins de Casterman se propose de focaliser, en one-shots, sur des criminels hors normes. Qu’ils soient célèbres ou quasi-inconnus, tous auront la particularité commune d’avoir réellement existé et exercé une fascination sur leurs semblables. Pour inaugurer le concept, le docteur Petiot est une recrue de premier choix… Au procès qui aboutit à sa décapitation, il a en effet revendiqué quelques 63 meurtres avec préméditation, pour la plupart des juifs. Sa méthode était parfaitement rodée et s’accommodait fort bien du contexte de l’occupation : il se faisait passer pour un « passeur » auprès des juifs souhaitant échapper à la déportation. Sous prétexte d’un vaccin, il les droguait, puis les brulait dans sa chaudière et empochait leur argent, leurs meubles, leurs bijoux… Néanmoins, officiellement, l’homme soignait les indigents, s’était engagé dans les Forces Françaises de l’Intérieur et avait montré un courage héroïque sous la torture de la Gestapo. Ce comportement n’influença pas le jury qui se prononça pour la peine de mort, impressionné par le mur de valises de ses victimes et agacé par le cynisme détaché dont il fit preuve au tribunal. Mis en BD, ce parcours criminel rappelle évidemment le Landru de Chabouté, le coup de théâtre final original en moins. Le scénario de Rodolphe se contente ici de retranscrire les faits de manière simple et limpide, sans sensationnalisme, de manière rigoureuse et correctement rythmée. Il aurait sans doute été déplacé d’insister sur le caractère méphistophélique du personnage, sans compter que cela aurait évidemment travesti la réalité. La biographie insiste aussi sur l’ambivalence du personnage : collabo et résistant, ignoble et courageux, monstre et héros, qui ira jusqu’à montrer un certain humour détaché ( !) lors de son procès. Le dessin réaliste de Jeanne Puchol (avec laquelle Rodolphe a déjà conclue Les abîmes du temps), appliqué et régulier, conserve logiquement la distance nécessaire avec ce personnage sulfureux. Brrr…

voir la fiche officielle ISBN 9782203016194