parution 26 août 2020  éditeur Fluide Glacial  Public ado / adulte  Thème Humour, Politique

Homo politicus

Un ministre du travail démissionnaire, car coupable de détournement de fonds publics, se retrouve à devoir effectuer tout un tas de petits jobs ingrats. Une satire un peu convenue du politicard sans scrupule.


Homo politicus, bd chez Fluide Glacial de Soulcié, Nena
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

L'histoire :

Henri-Xavier de Lapègre, ministre du travail, est dérangé dans sa coupe de champagne par Jean-Eudes, son plus proche conseiller. Ce dernier tient à lui parler d’une dérive qui ne peut plus continuer, à savoir précisément ses notes de frais, dispendieuses. 45 000 € de costumes, 17 000 e de maquillage, 70 000 € de coiffeur – alors que Lapègre est quasi chauve… Ça ne peut plus durer ! Le président réclame sa démission. Lapègre est décontenancé, mais il s’exécute, redoutant de se retrouver simple secrétaire d’Etat. Même pas : sa comptable lui fait savoir qu’il perd sa voiture de fonction, sa secrétaire, et qu’il a droit à « seulement » 9940 € d’indemnisation mensuelle. Jeu-Eudes lui conseille d’aller réellement pointer à Pôle Emploi : en tant qu’ex ministre du travail, il se doit de montrer l’exemple. Lapègre se retrouve ainsi devant une conseillère, pour un bilan de compétences… finalement très maigre. Après consultation de la base de données, cette dernière trouve la définition la plus proche de son poste le plus récent : « association de malfaiteur ». Puis entre ce profil type (commercial) et l’avantage exigé (dans Paris intra-muros), la conseillère a la charge complexe de trouver un travail qui convienne à Lapègre. Ce sera caissier en boulangerie…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Rien qu’au titre, on sait ce qu’on va trouver dans ce petit bouquin au format souple édité par Fluide Glacial : une satire du politicard dans tout ce que la fonction peut avoir de pervers. Presque, en fait. La scénariste Nena et le dessinateur Thibaut Soulcié cernent plus exactement l’utilisation abusive des fonds publics, tels que s’en est récemment rendu coupable François de Rugy au poste éphémère de second ministre de l’écologie d’Emmanuel Macron. Ministre, c’est le poste initial de ce fictif Henri-Xavier de Lapègre, qu’il doit précipitamment quitter dans les premières pages en raison desdites dérives. Et pour cause, il les a empruntées sans scrupule, sans la moindre notion de la valeur des choses et sans aucun sens des responsabilités. Ce poste ministériel dont il est évincé est celui du travail, et sa caricature fait penser à Xavier Bertrand, qui a effectivement occupé cette fonction sous Sarkozy. Ce qui permet de rendre la situation particulièrement ironique, car Lapègre doit donc pointer à Pôle Emploi et accepter tout un tas de petits boulots ingrats et mal rémunérés (boulanger, plongeur dans un resto, facteur). Ce biais permet de mettre en exergue la vague de fond actuelle des revendications des gens « qui ne sont rien » et qui n’ont qu’à « traverser la rue pour trouver un emploi ». A raison d’un gag par planche, généralement en 4 cases (mais pas que), il y a ainsi largement de quoi rire jaune, mais pas aux éclats. Car cet humour un peu facile enfonce les portes ouvertes du populisme et occulte évidemment la grande majorité des responsables politiques qui mettent généralement leurs tripes et leur probité à servir l’Etat – toutes tendances confondues.

voir la fiche officielle ISBN 9791038200197