parution 01 mai 2003  éditeur Mosquito  Public ado / adulte  Thème Sentimental

Presque le paradis

Comment arriver au paradis : avec la loi et l’ordre (les fascistes) ? Avec l’amour incarné par Luca et Maria ? Ou avec ce mystérieux objet en forme d’escargot ? Un récit poétique mais difficile d’accès, critique de la dictature sous Mussolini.


Presque le paradis, bd chez Mosquito de Zezelj
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Mosquito édition 2003

L'histoire :

Stephano Mancini est un flic intègre, qui aime se muscler régulièrement. Cependant, sa vie de famille est complexe et chaotique : sa femme Chiara n’a plus aucune affection pour lui et le trompe régulièrement, en secret ; son fils Luca se plaît à sortir dehors et traîner avec des gens « indisciplinés ». En réalité, Luca aime prendre des photos et tombe amoureux de la belle Mara. Stephano tente de mettre de l’ordre dans tout cela, mais il ne sait qu’employer la force et l’autorité. Irrité par la situation, Stephano sort avec son collègue Beppe, installe la sirène de la voiture et roule à toute vitesse. Beppe est inquiet, mais Stephano n’arrive pas à se calmer. Après un virage, c’est le drame : la voiture percute de plein fouet un scooter, conduit par… Mara ! Un camion arrive dans l’autre sens, freine trop tard et percute un pylône. Traumatisés, Beppe et Stephano ne savent plus quoi faire. Leur vie bascule dans un véritable enfer.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Deux ans après le sanglant et violent Rex, Danijel Zezelj s’intéresse à l’histoire de l’Italie. Sous fond (à peine déguisé) de dictature mussolinienne, l’auteur offre une vision très particulière et personnelle du fascisme italien. Avec Stephano Mancini comme antihéros, les Chemises Noires ou les autres forces de la dictature fasciste sont terriblement mises à mal. Autoritaire et violent, Stephano passe son temps à se gonfler les muscles jusqu’à ressembler à un véritable monstre de chairs. Incapable de témoigner amour et sensibilité à sa famille, le policier aux pouvoirs abusifs est en fait seul et loin du véritable sens de la vie. C’est d’ailleurs la clef de cet album. Chaque personnage de l’histoire tente désespérément de trouver un sens à sa vie, de se chercher un but qui se rapprocherait le plus possible du… paradis. Chiara est désespérée de son mariage ratée, mais elle trouve du réconfort dans les bras d’un autre ; Stephano et Beppe pensent détenir le bonheur par leurs convictions politiques ; Luca est subjugué par la beauté de Mara. La recherche la plus saisissante est celle d’Andrea. Après avoir abandonné la drogue, éphémère paradis artificiel, il vend du rêve à travers une simple sculpture en pâte à modeler en forme d’escargot. Cet étrange objet recèle l’espoir magique d’une liberté sans fin et de l’accession au paradis. Malheureusement, c’est un signe de rébellion vis-à-vis d’une dictature qui se doit de tout maîtriser, surtout la pensée des citoyens. Stephano brise les rêves de chacun par son ignorance et sa violence : il tue Mara qui détenait un « escargot magique » ; brise l’amour de Luca ; détruit la vie de Beppe et par la même occasion tue définitivement sa propre vie de famille, déjà sérieusement mise à mal. Reste donc un dernier refuge, le plus logique, pour atteindre ce fameux paradis : la prière. Stephano va se confesser mais c’est encore une fausse piste : dans une scène terrible, le prêtre pardonne le meurtre de Stephano et tout le mal qu’il a provoqué. Zezelj dénonce également l’Eglise, qui était liée au régime fasciste de Mussolini. Ce récit est donc une dénonciation forte mais déguisée du fascisme. Avec beaucoup de finesse et de retenue, Zezelj montre les ravages de la pensée unique sur la vie de chacun. L’auteur fait preuve d’une humanité bouleversante et ne donne aucune leçon de morale, rendant la critique encore plus percutante. Le dessin illustre parfaitement cette dimension symbolique forte de la bande dessinée. Le croate offre des planches magnifiques et contemplatives : parfois sans texte, le dessin, dans le style pochoir, est souvent extrêmement expressif. Le noir et blanc (la patte de l’auteur) est saisissant et magnifie la quête lente et désespérée des personnages vers le paradis. On peut juste regretter que cet album soit difficilement accessible pour ceux qui ne connaissent pas Zezelj : il y a beaucoup de personnages et pas de textes explicatifs. Un récit symbolique fort, que Zezelj va prolonger l’année suivante en retournant en Italie avec La mort dans les yeux (avec un personnage qui s’appelle également… Stephano).

voir la fiche officielle ISBN 9782908551563