parution 05 février 2014  éditeur Sarbacane  Public ado / adulte  Thème Roman graphique

Sixteen Kennedy Express

En 1968, aux USA, Rob et Sixteen échangent un premier baiser. Et puis, il y a Bud, un marginal dont le manège ne tarde pas à les inquiéter. Un récit à hauteur d’enfance, pour une autre vision du « rêve américain ».


Sixteen Kennedy Express, bd chez Sarbacane de Ducoudray, Quignon
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Sarbacane édition 2014

L'histoire :

Comme beaucoup d’autres, Rob, 14 ans, a appris la nouvelle à la télé : le train promenant le corps de Robert F. Kennedy de New-York à Washington – 3 jours après son assassinat – doit passer dans le coin. Et comme Rob est particulièrement passionné par l’histoire de la famille Kennedy, il n’est pas question de laisser filer l’occasion. Rob a le bras droit cassé. Rob court à en perdre haleine pour rejoindre les badauds amassés au bord de la voie ferrée. Rob veut faire un dernier petit coucou. Et c’est là qu’il la voit pour la première fois, avec son petit haut orange et son petit sac argenté. Le plus étonnant, c’est que le premier contact qu’elle lui propose immédiatement, c’est de l’embrasser. Il se laisse faire sans talent et sans conviction. Mais c’est un premier baiser. Un premier baiser d’amoureux qui, du coup, l’empêche de voir passer le train. Sa conquête se présente sous un doux sobriquet : « Sixteen. Peut-être juste pour lui faire remarquer qu’elle a deux ans de plus que lui. Quelques jours plus tôt, Rob envisageait les 2 mois de congés scolaires avec un air peu enjoué : le médecin venait de lui infliger une longue peine plâtrée. Et puis il y avait aussi la tondeuse à passer, sa mère pénible qui envisageait déjà ses études universitaires et cette gamine de voisine, collante comme tout. Maintenant, il y a Sixteen. Sixteen qui vient de l’embrasser...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après avoir été joliment touché par une première brillante collaboration sur El Paso, il était bien difficile de ne pas se jeter sur ce nouveau récit du tandem Ducoudray-Quignon sans tomber dans le piège de la comparaison. Alors disons le tout de suite : ça fonctionne un poil moins bien pour ce qui est du registre de l’émotion. Les deux histoires n’ont d’ailleurs pas grand-chose à voir. Elles permettent tout au plus, toutes les deux, d’aborder le « american way of life » loin des sentiers battus. Un sentier ici plutôt sablonneux, pour des USA made in 1968, bordés de champs de blé, quelque part dans un trou paumé grouillant de braves gens. Il y a là Rob, un gamin plâtré, dingo de la famille Kennedy et super impatient de contempler l’Express qui transporte la dépouille de Robert F. Kennedy – à son tour – fraîchement assassiné. Il y a aussi Sixteen, qui porte le surnom de ses 16 ans, une gamine qui gratte 2 ans à Rob et lui offre son premier baiser pendant que le Kennedy Express trace son chemin. C’est leur petite amourette qui s’esquissera gentiment au fil du récit. Cette love-storiette au rythme des premiers émois, qui font grouiller le cœur de Rob de sentiments, est mise en scène autour d’une intrigue avec serial-killer (?), transformant nos ados en rejetons de Dick Tracy. Assez intelligemment proposé, ce récit plutôt linéaire ne manque pas de piquer la curiosité. Mais jamais sans véritable grosse surprise, basculement ou boule émotive capable de happer notre sensibilité. Reste un large casting attachant et la proposition d’une humanité gorgée d’une naïveté juvénile qui fait du bien. On retrouve aussi le joli coup de patte de Bastien Quignon, en particulier son grain unique accrocheur. De quoi, en tout cas, séduire et se mettre plus aisément à la hauteur d’un public pré-ado / ado.

voir la fiche officielle ISBN 9782848656717