parution 25 mars 2011  éditeur Soleil  Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Horreur

Nosferatu T1

Si vis pacem

Des enfants indiens réveillent involontairement Nosferatu, le premier vampire, au grand dam de ses ennemis et de ses congénères. Une énième variation vampirique pour un thriller fantastique, passionnel, riche et dense. La naissance d’un petit bijou ?


 Nosferatu T1 : Si vis pacem (0), bd chez Soleil de Peru, Martino, Digikore studio
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2011

L'histoire :

Bombay, en Inde, alors que la mousson fait des ravages sur la capitale. Une bande de gamins s’enfuit en courant dans les rues de Dharavi, un bidonville jonché de cadavres, après avoir commis un larcin. Seuls Anjappan et Meyyan oseront se réfugier dans la forêt qu’on dit maudite. Ils y découvrent un vieux temple qu’une coulée de boue due aux pluies diluviennes a sans doute mis à jour. Attirés par les richesses que le site pourrait renfermer, les deux jeunes garçons pénètrent dans le lieu de culte et réveillent une créature maléfique endormie depuis un demi-siècle. Celui-ci se repaît de l’une de ses proies et laisse Anjappan sauf, afin qu’il lui serve de guide dans ce nouveau monde. Ce mal aussi ancien que le Christ, c’est Nosferatu, le premier vampire. Mais son retour provoque bien des émois, et ses ennemis comme ses congénères, ont senti de nouveau la présence du premier maître, le plus célèbre des vampires. De tous les coins du monde, les archontes se retournent vers Vladek, à l’origine de la première mort de l’immortel, en utilisant son unique faiblesse, l’amour. Vladek, alias Lucius Vladica, se remémore alors sa première rencontre avec le non mort. C’était à Rome, en l’an 40, et Nosferatu était l’âme damnée de Caligula. Lucius Vladica, lui, était un centurion droit, vertueux et intègre. Mais pour son plus grand malheur, son épouse Mucia était d’une beauté aussi profonde que même un immortel pouvait y succomber… Chasseurs de vampires et archontes n’ont plus qu’un seul ennemi : celui qui, un jour, a eu la faiblesse d’aimer…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Olivier Péru démultiplie les projets, ces derniers temps (Assassin, In Nomine, Zombies…) et prend ici le risque de revisiter le mythe immortel du premier vampire. En effet, les histoires de vampires ont déjà donné lieu à de nombreuses adaptations en BD (Dracula, Rapaces...). Péru s’en sort magistralement en nous offrant un scénario riche et dense, une intrigue prenante et passionnante parsemée de nombreux flashbacks efficaces et puissants entre le monde antique et moderne. Le non mortel Nosferatu veut devenir humain par amour et succombe à ses ennemis par ce même amour. Bien sûr, les fondamentaux sont là, tels le crucifix, la lumière du jour et le pieux, mais l’originalité du récit réside dans le traitement de l’ascension et de la descente… aux enfers… d’un démon. Seul bémol : les nemrods, les chasseurs de vampires, dont le rôle est ambigu et parfois peu à propos, hormis le personnage haut en couleur d’Erick. Les dessins de Stéphano Martino sont à la hauteur de l’histoire et font preuve d’une grande maîtrise graphique, des orgies romaines jusqu’aux bidonvilles indiens. Son trait précis et fluide est accentué par un cadrage et un découpage dynamique. Suivre l’évolution physique de Nosferatu retrouvant peu à peu son apparence est bluffant. Ce premier opus n’est pas loin d’être un petit bijou, tant le récit est passionnant et fort, agrémenté des ingrédients classiques du genre, tels le sang, l’amour et le désespoir. Notons également la superbe couverture. Quel regret que la série ne soit annoncée qu'en diptyque. Goûtons et croquons à pleines dents dans cette énième variation vampirique se démarquant de par sa qualité.

voir la fiche officielle ISBN 9782302017344