parution 19 juin 2019  éditeur Soleil  Public ado / adulte  Thème Anticipation, Science - fiction

Prométhée – cycle 2, T19

Artefact

Dans diverses trames du passé, au présent et dans un avenir en ruine, voyageurs temporels et extraterrestres établissent des contacts et des protocoles de communication, afin de « réparer » la fin du monde. Suite d’une saga de SF complexe…


 Prométhée – cycle 2, T19 : Artefact (0), bd chez Soleil de Bec, Diaz, Righi, Digikore studio, Jaouen
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2019

L'histoire :

Au lendemain du siège avorté de Syracuse (-414 av JC), Hassan Turan, voyageur temporel malgré lui, s’emporte violemment contre l’amiral Dimbort, l’un de ses camarades d’infortune. En révélant les mouvements de troupe à venir au général spartiate Gylippe, Dimbort a selon lui influencé le cours normal de l’Histoire. Les répercussions risquent d’être terribles pour l’avenir de l’humanité toute entière. Mais avant que leur altercation ne vire au drame, des éclairs verdâtres jaillissent dans la tempête. L’ex-golfeur Tim Scott apparait alors, vêtu et armé comme un commando de marines et il impose le calme à la force de son révolver.
En 1969, le professeur Carpenter poursuit ses expériences pluridimensionnelles au sein de la base de Camp Hero (située tout au bout de Long Island). Il a recueilli de nombreux enfants orphelins issus des expériences nazies sur la race supérieure (les lebensborns)… et il les envoie aujourd’hui dans une autre dimension, puis il établit une communication avec eux à travers la « chaise de Montauk ». Les quatre voyageurs temporels (les mêmes qu’à Syracuse, mais âgés de 10 ans de plus) sont à ses côtés pour s’apercevoir de la cruauté de ses méthodes. Mais aussi pour assister à un nouvel évènement dans le processus qui nécessite l’interruption du contact télesthésique…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

C’est un rituel immuable au sein de la saga de SF Prométhée : chacune des bribes narratives empilées et développées par le scénariste Christophe Bec avance un petit peu. L’objectif semble bien être toujours la longue reconstruction de l’humanité et l’explicitation des nouveaux paradigmes métaphysiques, à travers différentes époques et en marge de la fin du monde (en l’année 2019). Dans ce tome 19, on retourne ainsi au siège de Syracuse (en -414 av JC) ; dans l’Angleterre victorienne à la poursuite de Spring Heeled Jack (en 1838) ; mais aussi au côté de la cavale de German Denton (en 1959) ; dans la base scientifique secrète de Long Island pour des expériences pluridimensionnelles (en 1969) ; dans le présent aux côtés d’un Président de plus en plus despotique (en 2019) ; dans un futur proche et dévasté ; voire encore dans des ambiances inter-dimensionnelles incertaines et ouvertes par les extraterrestres… Ça fait toujours beaucoup. Et comme tout est mélangé, on s’y perd, forcément. N’empêche, Bec s’amuse comme un petit fou avec les concepts de SF. Il est question de créationnisme et d’interventionnisme par les aliens et de paradoxes temporels triturés selon une méthode qui l’arrange bien (peut-il y avoir grain de sable, finalement, ou pas ?). Deux réelles briques nouvelles sont tout de même apportées par cet épisode. Primo, l’intervention inattendue et musclée d’une sorte de « régulateur temporel », qui cherche visiblement à empêcher les paradoxes (voir couverture). Deuxio, le cliffhanger qui dévoile une citadelle cubaine dirigée par un personnage qui en rappellera un autre dans Carthago (autre série de Bec)… mais on a déjà trop spoilé. Jean Diaz confirme quant à lui le grand soin porté au dessin. L’excellence de sa reprise de la partition graphique est une des (bonnes) raisons de poursuivre cette série qui s’éternise pour le plus grand bonheur des fans de SF qui aiment qu’on les balade à travers des concepts de fous… et l’agacement de ceux qui aimeraient savoir jusqu’à quand investir.

voir la fiche officielle ISBN 9782302076648