parution 18 octobre 2016  éditeur Vide Cocagne  Public adulte  Thème Conte - Féerie

Sauvage ou la sagesse des pierres

Suite à un traumatisme solitaire en pleine nature, une jeune femme retourne par étapes successif à un état sauvage… ultime. Un roman graphique dérangeant, qui interroge notre rapport à la (vraie) nature.


Sauvage ou la sagesse des pierres, bd chez Vide Cocagne de Gilbert
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Vide Cocagne édition 2016

L'histoire :

Thibaut et sa compagne sont partis pour une longue randonnée en solitaires de plusieurs jours, à travers un coin de forêts et de montagnes éloigné de la civilisation. L’effort est pesant, mais il est récompensé par une immersion dans des paysages et des couchers du soleil magnifiques, vus des cimes. Ils marchent, ils plantent leur tente, ils font des photos… Thibaut essaie de poster sur facebook, mais évidemment, il n’y a pas de réseau. Ils activent le réchaud, ils établissent le programme du lendemain, ils font l’amour. Au réveil, c’est reparti pour une journée de marche. La proximité avec la nature sauvage s’accentue lorsqu’ils croisent un renard au magnifique pelage roux. Mais c’est aussi le moment où éclate un violent orage. L’évènement les déboussole un peu, leurs petits défauts caractériels s’exacerbent. Ils s’abritent tant bien que mal dans un creux sous une racine. Ils se réconcilient en faisant un truc de fou : ils se mettent à poils, se courent l’un après l’autre et font l’amour au pied d’un arbre géant. Leur proximité avec la nature se renforce encore. Hélas, quelques minutes plus tard, le destin s’en mêle. Un éclair s’abat sur Thibaut. Il meurt sur le coup, éventré, ses intestins se déversant sur l’humus. Choquée, éperdue, démente, sa compagne plonge ses mains dans ses entrailles. Puis elle vomit. Puis elle tente de se reprendre… de rejoindre le monde. C’est peine perdue, la sauvagerie de ce milieu naturel va l’engloutir…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

C’est à un exercice intéressant et inédit auquel s’est livré Thomas Gilbert, en auteur complet, à travers ce roman graphique dérangeant. Ici, suite à un évènement traumatique intervenu en pleine montagne, une jeune femme retourne progressivement, par étape, à un état gravement naturel. Par « naturel », ayez bien conscience que les mécanismes à l’œuvre sont ceux des petits insectes grouillants, de la décomposition des organismes, des cycles alimentaires basiques et du retour à l’humus – pas les petits zoziaux et les jolis faons de Blanche Neige. Le propos est donc d’une terrible âpreté, il est conseillé d’avoir le cœur bien accroché. Le récit débute en couple, pour bien planter l’axe premier de retour à la nature, depuis notre monde moderne contemporain. Puis rapidement, la jeune femme dont nous ne connaitrons jamais le prénom, se retrouve seule, en proie directe face à l’environnement sauvage, suite à un choc ultime : en une seconde, son amour devient un cadavre. Débute alors pour elle un long processus « régressif », qui la fait passer par un stade animal, puis végétal, puis minéral. Après tout, comme l’indique le titre, ne sont-ce pas les pierres les plus sages ? A chaque fois, elle entre en communication avec ses « interlocuteurs », pour mieux apprendre leur condition et identifier si c’est bien parmi eux que se trouve désormais sa place. Foncièrement morbide mais cohérent, le propos est intéressant, mais il est un peu longuet (près de 300 pages !). Le sujet permet évidemment de longues séquences muettes (il n’y a qu’un personnage humain à 80% du temps), contemplatives, inédites. Les phases de démence ou de prise de conscience, donnent l’occasion à Thomas Gilbert de dérouler une griffe artistique de haute volée, avec un noir et blanc charbonneux, juste parfois complété d’un crayon rouge vif pour représenter le renard et le sang. L’auteur alterne des caractères graphiques hyper stylisés et un réalisme cru franchement convaincant à des choix de cadrages originaux. Manu Larcenet, sort de ce corps !

voir la fiche officielle ISBN 9791090425781