parution 11 septembre 2013  éditeur Panini Comics  collection 100 % Marvel
 Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Super-héros

Daredevil - End of days T1

Daredevil meurt sous les coups de Bullseye en pleine rue, lâchant au préalable un dernier mot : Mapone. Ben Urich revisite la vie de son ami lors de l'écriture d'un article. Mise en bouche d'un requiem sombrement passionnant.


 Daredevil - End of days T1, comics chez Panini Comics de Mack, Bendis, Maleev, Janson, Sienkiewicz, Hollingsworth
  • Notre note Blue Star Blue Star Blue Star Blue Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Blue Star Blue Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Panini Comics édition 2013

L'histoire :

Quasiment deux heures, c'est le temps qu'a duré le combat entre Bullseye et Daredevil dans les rues de New-York et qui s'est soldé par la mort du justicier aveugle. Alors qu'il s'apprêtait à recevoir l'ultime coup de l'un de ses plus grands ennemis, Matt Murdock chuchota un mot : Mapone. De nombreux badauds ont filmé la scène et c'est grâce à l'un d'eux que Ben Urich a pu entendre le dernier son sorti de la bouche de celui qu'il considérait comme un ami. Le reporter du Daily Buggle ne voulait pas réaliser un article sur Daredevil, mais le journal ne vend plus et la pression de Jonah Jameson, le grand patron, a fini par forcer Ben Urich. Le journaliste revient sur la mort du Caïd tué des mains de Matt et la disparition qui en suivit. Pourquoi est-il revenu et pourquoi Bullseye s'en est pris à lui ?

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Que ce soit lors d'un crossover ou bien lors d'un rebondissement lambda, les éditeurs de comics aiment martyriser leurs personnages populaires en leur infligeant des morts le plus souvent temporaires. Cela donne lieu à des sagas mémorables comme La mort de Superman mais en général, il s'agit d'une manœuvre bassement mercantile. Pourtant, en marge de cela, Marvel sollicite souvent ses auteurs pour qu'ils imaginent les derniers jours de leurs héros. Des titres de qualité en ressortent dans ce cas là, la démarche artistique étant privilégiée. En gestation depuis de nombreuses années, la saga End of Day dévoile les derniers jours de Matt Murdock, l'avocat aveugle connu comme étant l'homme sans peur : Daredevil. La Maison aux idées s'est entourée d'un casting d'artistes impressionnant, et qui ont tous offerts au super héros des heures de gloire. Au scénario, Brian Michael Bendis et David Mack surprennent en dévoilant la mort de Daredevil dès les premières pages. Ainsi, c'est le point de vue du journaliste Ben Urich (bien connu des fans) que l'on découvre et qui permet de revivre les derniers instants du protecteur de Hell's kitchen. En faisant ainsi, les auteurs permettent aussi bien aux aficionados qu'aux néophytes de vivre les derniers événements importants de la vie de Matt Murdock. Les personnages récurrents apparaissent tous à un moment ou un autre et, chacun revient sur le disparu à sa façon, entre mots doux, pleurs et colère. Les quatre épisodes de ce premier opus (sur deux prévus) bénéficient d'une narration impeccablement rodée. Bendis excelle dans les dialogues depuis de nombreuses années et n'a pas perdu la main ici. Il réutilise même le principe d'un mot entouré de mystères comme il l'avait fait dans la série Sam & Twitch avec Udaku. David Mack a pour lui un côté plus poétique Sa participation aux dessins lui permet d'exprimer pleinement un côté émotionnel puissant mais pas larmoyant. Mack n'est pas le seul aux crayons et autres pinceaux. Alex Maleev, Klaus Janson et Bill Sienkiewicz dessinent des planches remarquables dans leur style respectif. Les pages mêlent habilement les créations de chacun, formant un puzzle artistique intense et carrément impressionnant. Astucieux et malin, sublime et classe sont des termes qui viennent vite à l'esprit lors de la lecture de ce premier volet qui comblera tous les fans de Daredevil, ceux passés comme ceux présents.

voir la fiche officielle ISBN 9782809432947