parution 01 juillet 2007  éditeur Carabas  Public ado / adulte  Thème Science - fiction, Horreur

Factory T1

Un foetus précog a senti le danger avant d'éclater : un homme-cochon va mettre en péril la base FA-33. Une entrée en matière superbe et déjantée : Elghorri, digne successeur de Moebius et Jodorowsky ?


 Factory T1, bd chez Carabas de Elghorri
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Carabas édition 2007

L'histoire :

Dans un ultime borborygme, le fœtus précog (qui devine le futur proche) a livré sa dernière prémonition. Il a vu un énorme danger, tellement énorme que ses pulsions cardiaques se sont accélérées, au point de faire dilater son cortex cérébral, jusqu’à l’explosion de son cocon amniotique artificiel. Tandis qu’il se désagrège en une immonde bouillie organique, il annonce l’arrivée d’un homme-cochon qui représente le pire des périls. Le gras et tyrannique seigneur Gucco, à qui échoit la gouvernance de la base-usine FA-33 située en plein désert post-apocalyptique, n’en mène pas large… Non seulement cette dernière vision lui semble tout à fait absurde : cela fait bien longtemps que tous les mammifères ont disparu de la surface de la planète, mais en plus il a perdu son dernier précog… Or sans precog, il ne peut anticiper l’arrivée de cet inspecteur de la Federal Food Corp, qui ne doit surtout pas découvrir que de la viande est consommée dans cette usine. Pourtant, quelque part dans le désert, un groupe de 4 pèlerins avance, à la rencontre du vieux mage Zyto. Parmi eux, deux jumeaux en pleine dégénérescence mentale, Obaz le leader, et Raul, un homme-cochon…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Factory est une nouvelle série de science-fiction déjantée dans la droite lignée du précédent one-shot Gunman, que Yacine Elghorri a déjà réalisé en compagnie du scénariste Gabriel Delmas. Œuvrant cette fois en solitaire, Elghorri semble ingurgiter chaque matin la même recette à base de champignon hallucinogène que son collègue… La trame folle de ce récit ne ressemble en effet à rien de connu… à part à Gunman ! D’emblée, on est confronté à un fœtus précog, à un homme devenu cochon, comme ça, du jour au lendemain, mais aussi à un singe parlant, à des drones à têtes humaines… Et ça va de mal en pis, jusqu’à une sorte de paroxysme, au terme de ces 32 planches (à suivre), format traditionnel de la collection Epic de Carabas. Autant dire qu’on attend la suite avec impatience, pour savoir si tout ceci suit une certaine cohérence narrative, ou s’il s’agit d’un délire (assez jouissif, d’ailleurs) destiné à ébranler nos repères consensuels de lecture. Bref, pour le scénario, on se croirait un peu chez Delmas ou Jodorowsky. Côté dessin, il faut plutôt chercher l’influence du côté de Moebius, avec qui Elghorri a d’ailleurs travaillé. Ancien illustrateur et concept designer dans l’animation outre-atlantique (sur Titan AE, Evolution…), Elghorri a été à bonne école et ça se voit. Parfaitement proportionné, d’une grande maturité, son dessin est très proche du style de Moebius, sur ses recueils de SF des seventies (Arzach… ce qui n’est pas la moindre des références). Pour la technique, il semble que ce soit un crayonné sur-contrasté, colorisé ensuite à l’informatique. Peut-être tout juste aimerait-on que l’auteur s’éloigne des personnages et qu’il livre plus d’arrière-plans ou de décors hallucinants. Bref, en voilà un qui a tout pour devenir une star du 9e art, pour peu qu’il s’attaque à des récits plus… consensuels !

voir la fiche officielle ISBN 9782351002254