parution 18 avril 2012  éditeur Glénat  collection 1000 feuilles
 Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Esotérique

Ma vie posthume T1

Ne m'enterrez pas trop vite

La vieille Emma découvre qu’elle est morte et qu’elle a été assassinée. Par qui, pourquoi ? Elle reconstitue ses souvenirs et profite de sa nouvelle condition pour mener son enquête. Un polar original et finement amené…


 Ma vie posthume T1 : Ne m'enterrez pas trop vite (0), bd chez Glénat de Hubert, Zanzim
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2012

L'histoire :

Que lui arrive-t-il ? Emma Doucet, une très vieille dame un peu sèche, fume cigarette sur cigarette depuis 3 jours, sans manger ni dormir. Elle a désormais compris ce qui lui est arrivé : elle est morte. Elle s’étonne de son état et de cette transition à peine perceptible. Elle cherche surtout à rassembler ses souvenirs proches et lointains, afin de tracer le bilan de son existence et déceler l’origine de sa mort. Car Emma est morte au moment précis où elle tentait d’attraper la cartouche de clopes que Annie, son aide-ménagère, avait planquée au-dessus de l’armoire. Est-elle morte en tombant de l’escabeau ? Le trou dans sa poitrine et la tâche de sang sur son chemisier lui permettent d’en douter. Elle a plutôt été assassinée, d’une balle en plein cœur. Elle aurait du se méfier de cette lettre de menaces anonymes, reçue quelques semaines auparavant. Etait-elle envoyée par sa nièce, qui s’impatiente de toucher l’héritage depuis des années ? En faisant les carreaux du salon, Annie découvre une vitre « securit » trouée. Elle l'impute à des cailloux jetés par des garnements. L’hypothèse d’un tireur embusqué à l’extérieur se confirme. Car malgré sa mort, Emma continue d’habiter sa maison et à « exister » aux yeux de son entourage, qui ne se doute de rien. Ah, si seulement Pierre, son défunt époux, était encore là pour l’épauler. Ses souvenirs reviennent alors brouiller sa nouvelle condition…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Les deux complices Hubert et Zamzim frappent une nouvelle fois (ensemble, ils sont déjà à l’origine des Yeux verts et de La sirène des pompiers). Ils proposent ici le premier opus d’un diptyque original et macabre, mêlant un angle original de chronique sociale historique à un exquis fond de polar. Le dessin stylé, moderne et limpide, comblera les fans de Miss pas touche, et d’ailleurs le sticker en couverture ne manque pas de leur faire un gros clin d’œil. La problématique est rapidement délivrée : la vieille héroïne au tempérament sec et aigri, façon Tatie Danielle, découvre « bonnement » qu’elle est désormais morte et qu’elle a été assassinée. Tout en essayant de reconstituer les évènements de ces derniers jours pour identifier son meurtrier, depuis le bout de lorgnette de l’au-delà immédiat, elle tire le bilan de sa vie à travers le XXème siècle. Elle se remémore donc les doux et prégnants souvenirs : sa rencontre et sa vie avec son époux, ses rivalités de jeunesse… Ces réminiscences remontent de manière un peu brouillonne et se mêlent au présent, où Emma continue bel et bien « d’exister ». Ce parti pris est assurément volontaire et futé de la part du scénariste Hubert : il permet à la fois d’évoquer une sénilité tangente et un état post-mortem brumeux et mélancolique, tout en posant savamment des indices et des infos qui étayent l’enquête menée par le lecteur. Qui a mis un contrat sur la tête d’Emma ? Vous l’apprendrez sans doute avec le deuxième tome, qui reste à paraître. Il semble que l’affaire soit plus complexe qu’initialement envisagée…

voir la fiche officielle ISBN 9782723483599