parution 19 août 2020  éditeur Glénat  collection 24x32
 Public ado / adulte  Mots clés Chronique sociale / Ecologie

Seigneurs de la terre T5

Science sans conscience... ?

13 ans ont passé. Florian milite toujours en faveur d’une agriculture raisonnée, dans les sphères ministérielles. Il se confronte à sa propre fille, qui a grandi avec des idées productivistes… Suite d’une saga familiale prenante et néanmoins pédagogique !


 Seigneurs de la terre T5 : Science sans conscience... ? (0), bd chez Glénat de Rodhain, Malisan, Battistuta
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2020

L'histoire :

En 2019, Florian Brunet œuvre comme lobbyiste auprès de divers dirigeants et assemblées européennes, en faveur d’une agriculture raisonnée. Il a rencontré un professeur d’université, Geoffroy Serain, avec lequel il partage les mêmes idées, le même savoir, la même connaissance des sombres arcanes étatiques et de leurs lobbyistes, la même philanthropie non vénale. Ensemble, ils quittent ce jour le parlement anglais, après avoir présenté les résultats d’une expérience de production agricole saine et fonctionnelle. Mais en sortant, deux quidams leur cogne les jambes avec de lourds attaché-cases… et continuent leur marche comme si de rien n’était. Ils ne le savent pas encore, mais Florian et Geoffroy viennent d’être gravement empoisonnés. Un an plus tôt, Florian retrouvait sa grande fille Lou, bientôt majeure, sur l’exploitation familiale de Chantelouve (dans la Drôme). A l’époque, un énième débat sur l’usage des pesticides se noue entre eux. Lou a tendance à faire ce que lui a enseigné son beau-père Luc : « essayer » de faire du bio sur ce qu’ils peuvent, mais en réalité continuer à utiliser les méthodes productivistes pour tout le reste. Florian n’arrive pas à convaincre Lou ; et Lou lui reproche une nouvelle fois d’être majoritairement absent de son éducation. Tout ce qui intéresse Florian, c’est son blog, ses conférences, ses ministres et ses admiratrices…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Le scénariste Fabien Rodhain débute ici un second cycle des Seigneurs de la terre, une saga industrielle familiale comme sait les éditer Glénat : Les maîtres de l’orge, Flor de Luna, Château Bordeaux… A l’exception de ces dernières citées, celle-ci cerne un produit qui ne se fume pas, qui ne se boit pas et qui n’est pas précisément industriel, puisqu’il s’agit de l’un des éléments qui nous constitue : l’agriculture. C’est une tautologie que d’affirmer que depuis un gros demi-siècle, l’agriculture productiviste a largement pris le dessus sur l’agriculture raisonnée. Le meilleur rendement à moindre coût a abouti à des aberrations sanitaires, économiques et sociales. Les scandales des pesticides, des OGM et des brevets de semences sont notamment orchestrés par – et au profit de – la toute-puissante firme chimique Monsanto. Dans le récit de Rodhaim, celle-ci est rebaptisée « Misain » car il s’agit de respecter la vocation fictionnelle de l’œuvre. Mais les encadrés narratifs pédagogiques ne font pas mystère des procédés réels et tragiques de son alter-ego. Ce tome 5 reprend donc 13 ans après la fin du tome 4, en se raccrochant à notre présent immédiat. A ce stade, le « jeune » héros a la barbe et les cheveux grisonnants ; sa fillette a bien grandit et elle affirme des convictions navrantes ; ses rapports familiaux sont toujours compliqués. Florian milite en faveur d’un certain ministre de l’écologie démissionnaire, mais aussi et surtout aux côtés d’un universitaire pédagogue en faveur des qualités nutritives de l’agriculture vertueuse. A ce stade, à notre époque, la prise de conscience est désormais réelle dans la société concernant les méfaits de l’agriculture productiviste… mais tout comme l’impératif de réduire notre emprunte carbone, pas grand-chose ne change, au fond. A travers les rapports particuliers de Lou et de son père, Rodhain décrit bien le complexe et désespérant dialogue de sourds qui anime notre humanité. Ce qui ne change pas non plus, et cette fois c’est tant mieux, c’est le dessin réaliste de Luca Malisan. De son trait encré fin et précis, personnages et décors sont particulièrement soignés et expressifs, comme au cinéma. A mi-chemin entre thriller familial et vulgarisation sanitaire, une belle série se poursuit. Espérons qu’elle contribue à faire vite bouger les lignes.

voir la fiche officielle ISBN 9782344036587