parution 01 janvier 2008  éditeur Glénat  collection Grafica
 Public ado / adulte  Thème Policier, Historique

Sherlock T1

Révélation

En enquêtant sur la mort de sa mère, le jeune Sherlock se découvre une prédisposition pour l'investigation. Première intrigue passionnante et fondatrice d'un mythe, pour une série promise à un bel avenir !


 Sherlock T1 : Révélation (0), bd chez Glénat de Adam, Convard, Le Hir
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2008

L'histoire :

En 1877, le jeune et intrépide Sherlock Matthiews se démène sur un site de fouilles archéologiques égyptiennes, lorsqu’une missive lui apprend une triste nouvelle. Sa mère bien aimée, Isabella, célèbre violoniste, vient d’être retrouvée pendue dans la chambre de leur manoir familial. Profondément affecté par cette terrible nouvelle, Sherlock abandonne aussitôt son cousin archéologue et rentre en Angleterre. En l’accueillant, tous les domestiques – gouvernante et cuisinières, majordome et palefrenier, femmes de chambre et jardinier – partagent sa peine. Pourtant, après s’être fait conté par la chambrière Kessy, les évènements précurseurs au drame, et avoir relevé des incohérences dans la chambre d’Isabella, Sherlock remet publiquement en question la version du suicide. Ce faisant, le jeune homme se découvre un talent de déduction et de reconstitution d’une grande acuité. Son frère Mycroft, soupçonné d’appartenir aux services secrets de sa majesté, arrive alors à son tour au manoir. Avec son aide, Sherlock s’emploie à démontrer à toute la maisonnée, de manière implacable, qu’il s’agit bel et bien d’un meurtre. Reste à savoir qui l’a commis, et pourquoi…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Dès la première planche de cette nouvelle série, la surprise est grande : si l’époque victorienne, le genre polar et le célèbre prénom Sherlock s’associent à merveille, le patronyme de Holmes est délaissé au profit d’un « Matthiews » impersonnel… Quelle est donc cette imposture ? Néanmoins, quiconque connaît les aventures du célèbre détective, comprend vite qu’il existe un lien ténu avec ce dernier. Il s’agit donc bien de la première enquête du personnage de Sir Arthur Conan Doyle… avant qu’il ne change de patronyme ! Tout comme le faisait déjà le film de Barry Levinson (Le secret de la pyramide, en 1985), cette première enquête « de jeunesse » permet de déterminer la majorité des ingrédients inhérents à la mythologie « holmesienne » : misanthropie, penchant pour la drogue, casquette, violon et surtout, découverte d’une vocation. Sur cette idée réjouissante, originale et parfaitement respectueuse du personnage, Didier Convard livre une première enquête savamment huilée et, de fait, passionnante. A noter, le scénariste alternera 1 scénario sur deux sur la série, avec son collègue Eric Adam, également directeur de collection chez Glénat. De l’aveu de Convard, Sherlock s’emploiera à développer la personnalité complexe du jeune détective en herbe, à travers « x » premières enquêtes indépendantes, avant que sa rencontre avec Watson ne signe l’arrêt de la série. L’ensemble est mis en relief par le coup de crayon stylé, épais et maîtrisé de Jean-Louis Le Hir, déjà bien rôdé à l’époque victorienne (Une nuit chez Kipling). Une bonne surprise qui comblera les fans de Conan Doyle !

voir la fiche officielle ISBN 9782723457743