parution 25 janvier 2012  éditeur Soleil  collection Quadrants
 Public ado / adulte  Thème Anticipation, Fantastique - Etrange

Nu-Men T1

Guerre urbaine

2050, l’équilibre du monde est en jeu. Anton Csymanovski, sergent de l’armée européenne, intervient pour sauver une petite fille en pleine émeute urbaine, à la veille d’élections importantes. La guerre urbaine est de retour. De la SF décalée et originale.


 Nu-Men T1 : Guerre urbaine (0), bd chez Soleil de Neaud, Maffre
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2012

L'histoire :

2050. Le monde est en proie au chaos : le super volcan Yellowstone a rayé de la carte une grande partie du continent nord américain, entrainant l’exode des survivants vers des camps de réfugiés installés plus au sud. Quant à l’Afrique, la pandémie de Sida l’a vidée de son sang démographique, et le continent est abandonné… Une pagaille économique secoue l’Europe, le Moyen-Orient et l’Asie. Anton Csymanovski, sergent de l’armée régulière européenne, intervient sur les points chauds du globe. En pleine période électorale, une émeute éclate en périphérie d’une grande ville. Pris dans la tourmente, il tente pourtant de sauver une petite fille prise au piège d’un immeuble en train de s’effondrer, et finit par se retrouver coincé avec elle sous les gravats. Simultanément, tous deux sont témoins d’un étrange flash de lumière… Finalement sains et saufs, Anton et la fille sont dégagés des décombres. Le sergent bodybuildé, désormais sous les feux des médias, devient alors un véritable héros. Une de ses collègues a filmé la scène sur son I-can personnel et aussitôt, l’enregistrement est confisqué par les autorités. Quant à la petite fille, une réfugiée en situation irrégulière, elle disparaît de l’hôpital où elle était en observation. Anton en vient à penser que cette effervescence politique et ces troubles sociaux masquent en fait une étrange affaire dans laquelle il est désormais directement impliqué…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

On connaissait surtout Fabrice Neaud pour son chef d’œuvre autobiographique publié chez Ego comme X, le Journal de Fabrice Neaud. On savait aussi qu’il nourrissait le projet de faire de l’anticipation, mais loin des codes traditionnels du genre. Changement de registre donc, avec cette guerre urbaine à mi-chemin entre le récit de SF classique et la chronique sociale et politique au vitriol. Passé la première impression, celle de l’étrangeté, l’histoire sonne comme une vraie réussite, notamment par le talent de l’auteur à s’approprier les codes du genre en multipliant clins d’œil, jeux de mots et références aux récits de super-héros, tout en les travestissant, au propre comme au figuré, insufflant ainsi une vision d’auteur là où on ne s’y attend pas. Posant un monde chaotique et violent, puis ancrant son décorum dans un climat de guerre civile à peine fantasmé, Neaud y ajoute une dimension politique et critique, lorgnant ainsi vers un auteur comme Alan Moore (voir La ballade d’Halo Jones). Derrière l’esthétique queer en apparence fantaisiste, Fabrice Neaud aborde en fait avec sérieux des thématiques sociales plutôt originales dans un récit de SF : nationalisme, homophobie, racisme, « lutte des classes », immigration, dérives sécuritaires… jusqu’à transformer nos chers X-men costumés en Niou-men bodybuildés, shootés au porno et à la gonflette. Neaud s’autorise même des envolées près du Corcovado à Rio ou au-dessus du Potola à Lhassa, dans de très belles planches contemplatives soulignant la finesse et la précision du trait. Par son ironie noire et acide, sa vulgarité assumée, sa dimension critique, son ton parfois drôle mais le plus souvent grave(leux), Nu-Men rafraichit le genre en un récit complètement barré et décalé. Ne manquez pas en fin de BD le blog véner’ de Lucy Prine (reine du désintox-show!), sorte de pamphlet cynique ou de mise en garde visionnaire pour les Techno-queers, où la belle plume de Neaud s’affranchit de tout interdit. Jubilatoire ! Le premier tome équilibré, rythmé et efficace d’une série d’anticipation ambitieuse, pour le coup étrangement réaliste.

voir la fiche officielle ISBN 9782302016088