parution 01 novembre 2011  éditeur XXI  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale

Au bout de la Flandre

(kiosque)

Au bout de la Flandre, Doel, petit village typique perdu au nord de la Belgique, est menacé d'extinction face au développement tentaculaire du deuxième port d'Europe, Anvers. Un reportage instructif, sublimé par une aquarelle expressive.


Au bout de la Flandre, bd chez XXI de Janssen
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©XXI édition 2011

L'histoire :

Au bout de la Flandre, c'est l'histoire de la mondialisation en marche, avec ses zones industrialo-portuaires, ses porte-conteneurs et ses installations portuaires gigantesques, symboles d'un territoire qui n'a plus d'autre choix que celui du développement. Face aux bulldozers, résiste un petit village typique, Doel, que les autorités flamandes ont décidé de sacrifier voilà plus de dix ans. Doel, c'est le village flamand typique niché au cœur des polders sur fond de centrale nucléaire, avec son haut moulin entouré de pylônes électriques, une kermesse avec frites gratuites et des bières blanches en guise de réconfort, non loin de raffineries ou de docks qui plantent un décor industriel, enfumé et presque triste. C'est l'histoire de la tradition qui s'oppose à la modernité, le terroir à la mode, le patrimoine à l'industrie. Face aux événements, les habitants du village sont devenus méfiants vis-à-vis des autorités. Anarchistes, nationalistes ou altermondialistes se mutinent, quand ils n'ont tout simplement pas fui. Aujourd'hui, il ne reste plus que 30 habitants-résistants à Doel. Mais pour combien de temps encore ? Jeroen Janssen a voulu témoigner et évoquer un monde voué à disparaître.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Attention, cette chronique porte uniquement sur la BD de 30 pages d’une revue qui en comporte plus de 200. Dans la veine du journalisme d'immersion en bande-dessinée, Jeroen Janssen, à la fois belge et flamand, s'est rendu dans ce petit village des Flandres pour témoigner de la disparition inéluctable d'un petit territoire, considéré comme typique. A travers des témoignages d'habitants circonstanciés, associés à la voix-off du narrateur, se dessine le portrait d'un monde en train de disparaître face aux impératifs économiques de la mondialisation. Un monde à vrai dire sinistré, broyé, presque déserté et en proie à un déclin inexorable. Cohabitent ainsi polders, marais, petit village affublé de son moulin, et en toile de fond, la machine industrielle : le port d'Anvers, des conteneurs, une centrale nucléaire, le tout ressemblant à un « dépotoir » ou à une grande fourrière. Le port avance, le bâti recule ou disparaît, et un peuple de Flamands résiste malgré les dommages collatéraux (délinquance en recrudescence, nationalisme exacerbé...). Reste toutefois l'optimisme communicatif d'une population qui n'a pas encore voulu rendre les armes. Et si « des polders à perte de vue, l'Escaut, c'était plus beau que La Provence ? » Un beau reportage, instructif et ludique, magnifié par l'aquarelle bucolique et désenchantée de l'auteur. A lire.

ISBN 9782356380395