parution 10 juin 2020  éditeur Delcourt  collection Contrebande
 Public ado / adulte  Thème Thriller, Roman graphique Independant

Stray Bullets T3

Virginia revient dans son bled, mais ce n'est pas pour autant que sa vie va devenir plus calme, même si sa rencontre avec Eli, un gamin adorable et unijambiste, lui révèlera l'amour. Dernier tome assez inégal, mais avec des moments très forts.


 Stray Bullets T3, comics chez Delcourt de Lapham
  • Notre note Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2020

L'histoire :

Septembre 1985, Virginia est de retour dans son bled, près de Baltimore. Elle traîne quand un gamin black l'interpelle. C'est Léon. Enfin, c'est lui qui le dit, parce que s'il l'avait reconnue, elle pas. Il était avec elle en CM2 et a entendu dire qu'elle était revenue. Alors il pose la question de savoir s'ils vont la laisser passer en seconde. La rentrée ne se passe pas très bien, Virginia reçoit un projectile dans la cour et surtout dans l'hilarité générale. Elle attend devant le bureau du proviseur et c'est alors que sort de la porte d'en face, celle de l'infirmerie, Léon. Il a un œil au beurre noir. C'est Jeb qui lui tombé dessus. Le pire, c'est qu'il est plus jeune. Et son frangin est une brute, le genre de petit con qui se la joue caïd. Pas mal de choses se disent au sujet de Virginia. Presque tout le monde sait qu'elle a fugué. Elle passe donc pour une fille à problèmes. Certains disent même qu'elle a été enfermée à l'hosto avec les dingues. Tout ça c'est des conneries et personne n'a vraiment idée de ce qu'elle a vécu. Le lendemain, elle se rend sur le campus où différentes équipes s'entraînent. Elle repère Jeb, qui fait du soccer mais préalablement, elle a pris soin de commencer une partie de baseball. Elle n'a jamais eu l'intention de la finir, en vérité, puisque là, voilà qu'il se pointe sur le terrain de foot avec sa batte. Sans dire un mot, elle vient lui faire face et l'allume en pleine tête...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Dernier volume de cette intégrale avec un contenu qui reprend les #31 à #41 de la série et les 8 chapitres de Stray Bullets : Killers. Il est à noter que les chapitres #31 à #40 avaient été publiés aux États-Unis de 2003 à 2005, puis David Lapham avait fait une large pause, puisque le #41 fut publié en 2013. Pour être honnête, cette partie-là est sans doute la plus faible de toute la série. La sexualité y prend une place prépondérante, sans amener grand chose, si bien qu'on a le l'imprsseion que l'auteur et les personnages se sont essoufflés. Envolée l'intensité folle qui caractérisait la galerie de personnages. Un constat quelque peu amer, qui se traduit également sur le plan des dialogues. Heureusement l'auteur n'a rien perdu de son talent de dessinateur mais arrivé à ce stade de ce volume 3, on a le sentiment que tout est poussif. Puis tout repart de plus belle à partir du #41 et avec Killers. A nouveau, le parcours de Virginia et sa rencontre avec Eli, un brave gars unijambiste, ouvre une fenêtre sur la description de la violence ressentie par les adolescents. Le contraste entre Virginia et sa clique de potes criminels et ce gentil garçon, qui souffre de la façon dont tout le monde le ramène à son handicap, fonctionne à merveille. On retrouve aussi Amy Bolide et le chapitre totalement délirant qui lui est dédié est un régal d'humour noir et absurde. Alors malgré ce creux, qui est tout de même le seul de la série, et avec une fin dramatique mais très ouverte, il n'est pas possible d'oublier que est une œuvre unique, très haut perchée parmi les meilleurs polars, dont la morale pourrait être : live hard, and try to stay safe.

voir la fiche officielle ISBN 9782413008132