parution 21 août 2019  éditeur Bamboo  Public ado / adulte  Thème Guerre, Historique

Les Compagnons de la libération

Jean Moulin

Sous l’égide de de Gaulle, Jean Moulin devait unifier les différentes factions de la Résistance française. Il fut hélas arrêté et torturé à mort par la Gestapo. Une évocation moyenne des 7 derniers mois d’un fameux compagnon de la libération.


Les Compagnons de la libération : Jean Moulin (0), bd chez Bamboo de Le Naour, Rabino, Marko, Holgado, Bouët
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Bamboo édition 2019

L'histoire :

Le 21 juin 1943, l’Obersturmführer Klaus Barbie interroge un certain Jacques Martel à Lyon, au siège du service de renseignement du IIIème Reich, de manière musclée. Il lui demande d’avouer qu’il est bien l’un des chefs de la Résistance française, qu’il est bien « Max », alias Rex, alias Mr Mercier, alias Jean Moulin. L’homme dénie et répète en boucle l’alibi qu’il a préparé. Et néanmoins, il se souvient comment lui, Jean Moulin, a œuvré sous l’égide du général de Gaule réfugié en Angleterre, pour la France Libre. Il se souvient qu’il avait pour mission d’unifier la zone Sud de Résistance depuis Lyon, avec celle du Nord. Il se souvient qu’il avait affaire à des ambitieux, des calculateurs, des petits caporaux représentants diverses forces politiques, qui cherchaient tous à tirer le meilleur parti de la libération à venir. En ces circonstances, dés novembre 1942, son principal rival au sein de la Résistance s’appelait Pierre Brossolette, et son nom de code était Fresnay. Dès le mois suivant, l’amiral Darlan était assassiné à Alger. Du point de vue des américains, le général Giraud représentait un bon compromis pour le remplacer. Giraud proposait de ménager Pétain, de soumettre de Gaulle, tout en offrant le champ libre au débarquement. Une ambition quelque peu irréaliste, étant donné le tempérament insoumis de de Gaulle...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Jean Moulin est un grand nom de la Résistance française, passé à la postérité pour son entier dévouement à de Gaulle et à la France Libre ; pour le courage qui lui fut fatal face à la torture nazie lors de son arrestation ; puis, 21 ans après sa mort, via le discours d’André Malraux, lors du transfert de ses cendres au Panthéon (« Entre ici, Jean Moulin, avec ton terrible cortège... »). Une évocation de ses 7 derniers mois tragiques, entre novembre 1942 et juin 1943, a évidemment toute sa place au sein de la collection dédiée aux Compagnons de la libération. S’il ne devait en rester qu’un, ce serait sans doute même celui-là. Pour autant, en dehors de son interrogatoire funeste sous la torture de Klaus Barbie, son héroïsme ne fut pas visuellement spectaculaire... Ce focus en 46 planches de BD se borne logiquement à retranscrire des palabres, des négociations, des réunions politiques, des rendez-vous secrets sous noms de codes, dans diverses habitations et lieux de la capitale des Gaules (Lyon). On assiste ainsi à un bal des ambitieux et des aigris, qui ruminent tous leur jalousie et leurs plans de carrières sur le dos du fidèle « Max ». En dehors de sa droiture vis-à-vis de de Gaulle, on peine à saisir sa légitimité, son savoir-faire et, au final, son ambition propre, qui sera contrariée par son exécution. La mise en scène se limite donc souvent à des portraits cadrés de près et une variation d’angles de vue sur des résistants, des dirigeants ou des nazis qui causent. La partition graphique de Marko et Iñaki Holgado n’était donc pas aisée, le résultat est logiquement... moyen. Le style académique encré est certes au point s’agissant des cadrages et des proportions ; mais il manque une juste expressivité pour accorder la vraisemblance et l’attachement à nos grands hommes. Par exemple, au comble du ratage, p.17, de Gaulle lorsqu’il est de face, a plus tendance à ressembler à Hitler qu’à de Gaulle ! Jean Moulin lui-même change sans cesse de tête, en fonction de ses expressions faciales. Aux grands hommes, la patrie néanmoins reconnaissante.

voir la fiche officielle ISBN 9782818967287