parution 07 novembre 2013  éditeur Poivre et sel  Public ado / adulte  Thème Historique

Les Promeneurs du temps T3

Le Paradoxe du Multivers

Ambroise Clé est proche de trouver le tueur au compas. Toutefois n'y a t-il pas quelques dangers à voyager dans le temps ? Un final absurde et décalé, pas franchement spectaculaire.


Les Promeneurs du temps T3 : Le Paradoxe du Multivers (0), bd chez Poivre et sel de Viale, Dorange
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Poivre et sel édition 2013

L'histoire :

Le commissaire Ambroise Clé ne parvient toujours pas à trouver le tueur au compas. Errant dans Paris, il rencontre un enfant, Isidore Krantz, qui prétend pouvoir l’aider et qui a un discours décousu et totalement irrationnel. Piqué par la curiosité, Ambroise finit par le suivre et il arrive dans la maison des Krantz. L’enfant est passionné d’ésotérisme et montre au commissaire les machines révolutionnaires qu’il possède. L’enfant lui explique que son esprit médiumnique va pouvoir l’aider dans son enquête. Grâce au psychomanteum, une machine étonnante, il va pouvoir appeler son esprit guide, Adelme Sweitzer, pour qu’il parle au commissaire. Après tout un rituel précis et savamment orchestré, l’esprit d’Adelme hante les lieux comme un fantôme inquiétant. Pour lui, le tueur au compas ne cesse de passer entre les mondes et les époques. Il permute souvent entre le temps d’aujourd’hui et un temps parallèle. C’est dans un de ces voyages qu’il a tué Adelme, rompant l’unité de l’univers en modifiant le passé. Il n’y a donc plus qu’une solution : le commissaire doit voyager entre les mondes pour retrouver le tueur et l’empêcher de commettre ces meurtres à nouveau.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Voici la fin du premier cycle des aventures improbables d’Ambroise Clé. Le commissaire n’a pas fini de se triturer la cervelle pour tenter de comprendre qui est ce mystérieux tueur au compas. Finalement, un coup de théâtre des plus étonnants va lui donner un sacré coup de pouce : c’est un enfant qui apporte toute la solution et semble être un docteur Frankenstein en culottes courtes ! De façon assez surréaliste, un jeune rouquin racontera tout à Ambroise et va débloquer l’intrigue. A la différence de ce que l’on aurait cru, le final repose donc beaucoup plus sur les dialogues que sur l’action. La preuve avec ce retournement de situation : ce n’est pas le commissaire qui parvient à trouver la solution, mais une improbable rencontre avec un adolescent plus intelligent que les plus grands chercheurs de l’époque ! Le reste est une longue série de paroles savoureuses et pleines de paradoxe. En voyageant dans le temps, Ambroise n’a de cesse de vouloir comprendre l’incompréhensible et d’expliquer l’inexplicable. Beaucoup de personnages s’interrogent sur les conséquences de ce voyage hors du commun et là encore, la fin est beaucoup plus une réflexion surréaliste qu’une série de péripéties. Les personnages ne cessent d’échanger sur le temps, tant et si bien qu’on a l’impression de lire un texte philosophique de Bergson façon science-fiction, avec des analyses totalement folles qui donnent le vertige. L’humour n’est jamais très loin dans ces textes absurdes et décalés. Le dessin de Sylvain Dorange participe grandement à ce voyage ébouriffant. Cependant, l’absurde est trop présent et casse finalement la narration. Le final n’est pas très impressionnant et à force d’originalité, les auteurs en oublient de rendre l’histoire stimulante. Le manque d’action finit par être ennuyeux et les dialogues mécaniques. La chute finale est toutefois habile et annonce un nouveau cycle prometteur…

voir la fiche officielle ISBN 9782875470263