parution 09 janvier 2015  éditeur Urban Comics  collection DC Renaissance
 Public ado / adulte  Thème Fantastique - Etrange, Aventure - Action Super-héros

Justice League – New 52, T7

Le règne du mal - 2ème partie

Le Syndicat du Crime poursuit sa conquête du monde mais une résistance menée par Lex Luthor prend forme. Suite et fin de Forever Evil, un event peu inspiré et symptomatique des maux de son scénariste.


 Justice League – New 52, T7 : Le règne du mal - 2ème partie (0), comics chez Urban Comics de Johns, Finch, Mahnke, Reis, Reis, Morey, Eltaeb, Oback, Aviña
  • Notre note Blue Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Urban Comics édition 2015

L'histoire :

Cela fait maintenant plus de 3 jours que Grid a pris possession du corps de Cyborg et a rejeté la chair humaine. Cette simple anomalie coincée dans le système du corps reconstitué de Victor Stone a pris le dessus. En quelques instants, Grid a pris connaissance de toutes les informations engrangées par les ordinateurs du monde entier et compte bien anéantir la planète. En attendant, il a rejoint le Syndicat du Crime, des êtres venant d'une Terre parallèle et qui ont mobilisé tous les criminels de notre planète pour conquérir cette dernière. Grid observe ses partenaires et étudie notamment la façon dont ils ont obtenu leurs pouvoirs. Ce dont Grid ne se doute pas, c'est que Victor Stone n'est pas mort et que son père est parvenu à le maintenir en vie, même sans toute la partie robotisée. Pendant que le Syndicat du Crime opère un peu partout dans le monde pour asseoir son pouvoir, Lex Luthor et d'autres vilains habituels jouent les résistants...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Il est bien souvent difficile d'insuffler un semblant de nouveauté dans des récits du type super-héroïque. Geoff Johns a donc imaginé que le Syndicat du Crime prendrait le pouvoir sur la Terre et que les vilains habituels comme Lex Luthor lutteraient pour redonner la liberté à notre monde. D'une idée simple (et pas forcément très nouvelle), le scénariste avait tous les ingrédients pour offrir aux lecteurs une saga d'envergure et, on l'espérait secrètement, majeure. Après un début poussif, l'occasion de relancer la machine avec cette seconde partie se présente. A travers une histoire extrêmement balisée et au final bien plus classique que prévue, Geoff Johns peine sérieusement à convaincre. L'ensemble est bien trop bavard et souffre de sérieux manques de rythme en termes de narration. Certaines séquences sont étirées inutilement et ne servent qu'à déguiser une approche avant tout spectaculaire du récit. L'action est en effet la seule chose notable dans des épisodes qui mettent toujours en avant les marottes ridicules du scénariste concernant une violence outrancière et subite. Nous n'échappons pas une fois encore aux fameux membres tranchés ou arrachés... Geoff Johns alterne régulièrement les récits de qualité avec d'autres moins inspirés. Malheureusement, sur Justice League, il n'est guère inspiré et gagnerait peut être à passer la main. Au rayon des bonnes idées, on notera la présence des fameux Métal Men, personnages très souvent oubliés. Si l'histoire déçoit donc, qu'en est-il de la partie graphique ? De ce côté-là, le bilan est aussi mitigé. Ivan Reis et Doug Mahnke rendent une copie correcte, même s'ils sont loin de leur meilleur niveau, et David Finch apparaît en bout de course. Malgré un casting d'auteurs renommés, la série Justice League passe progressivement de poussive à dispensable...

voir la fiche officielle ISBN 9782365776011