parution 26 août 2020  éditeur Glénat  Public ado / adulte  Thème Sport - Baston

24 heures du Mans

1958-1960, Les Années rouges

En 1958, Ferrari remporte beaucoup de compétitions majeures et détrône Jaguar. Aston Martins ne compte pas se laisser dominer par les italiens. Retour sur des courses automobiles électriques tant sur les circuits que dans les stands.


24 heures du Mans : 1958-1960, Les Années rouges (0), bd chez Glénat de Bernard, Papazoglakis
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2020

L'histoire :

12h00 de Sebring, 1958, 2nde manche de championnat du monde de course d’endurance. Après avoir remporté les 1000 km de Buenos Aires, c’est une nouvelle victoire pour Phil Hill et Peter Collins au volant de leur Ferrari 250 Testa Rossa. Phil Hill, pilote américain de 31 ans a commencé à courir en 1949 dans des courses de voitures de sport aux USA et il s’y est rapidement fait remarquer en multipliant les trophées. Dans le clan Aston Martin, c’est la soupe à la grimace pour John Wyer et Stirling Moss. Malgré sa tenue de route formidable, la DBRI connait quelques faiblesses : sa transmission est fragile et leur voiture manque foncièrement de puissance dans les lignes droites. Pour John Wyer, ingénieur de formation, qui a rejoint Aston Martins en 1949 comme directeur de compétition, il faut que leurs moteurs soient plus puissants et davantage fiables s’ils veulent remporter les 24h00 du Mans et le championnat.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

De tout temps, les courses automobiles ont été pour les constructeurs un moyen d’afficher leur savoir-faire et ainsi conquérir des parts de marché pour les voitures de série. Ferrari, Aston Martin, Maserati, Porsche ou encore Jaguar sont des marques de légende qui ont chacune à leur tour dominé les circuits. Si les voitures sont évidemment au premier plan, leurs légendes se sont également construites grâce à de grands pilotes et directeurs d’écurie aux caractères bien trempés. Cet album s’attarde sur les caractéristiques techniques des bolides, les performances sportives des équipes, mais il laisse également une large place aux hommes. Les coups de gueule de certains pilotes ou de responsables d’écurie permettent d’avoir une vision globale de cet univers sportif. Tous les épisodes cruciaux sur les circuits ainsi que dans les stands des 24h00 du Mans ainsi que d’autres courses des grands prix entre 1958 et 1960 sont relatés avec une intensité dramatique propre aux passionnés. Richement documenté, cet album à quasiment une vocation de restitution historique des courses automobiles des années 1958 à 1960 et s’adresse prioritairement à des adeptes de sports mécaniques. Graphiquement, le dessin réaliste est d’une grande rigueur et met en valeur ces bolides aux lignes épurées et majestueuses.

voir la fiche officielle ISBN 9782344042557