parution 01 juillet 2010  éditeur Lecureux  Public ado / adulte  Thème Aventure - Action, Historique

Rahan T11

L'incroyable Romain la roche

Rahan fait l'éducation d'un adolescent, lui transmettant son savoir et ses valeurs. Ce faisant, il se souvient beaucoup (trop !) de ses exploits. Une séquence nostalgie agaçante, en marge d'une aventure décousue...


 Rahan T11 : L'incroyable Romain la roche (0), bd chez Lecureux de Lecureux, Cheret, Cheret
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Lecureux édition 2010

L'histoire :

Après avoir passé quelques temps au sein d’une tribu troglodyte qui dessine son gibier sur les parois, Rahan fait tournoyer son coutelas sur une pierre pour connaître la direction de ses prochaines aventures. Il l’ignore, mais ce sera vers le nord. Bien des jours plus tard, il s’endort en contemplant son coutelât d’ivoire, partenaire de mille aventures. Or, quand il se réveille, au milieu du brouillard, cette arme fétiche a disparu. Il repère aussitôt la piste d’un adolescent et la suit à travers la brume. Soudain, un cri ! Très prudent, Rahan découvre devant lui une fosse abrupte et profonde, au milieu de laquelle son voleur s’est rattrapé de justesse à une défense de mammouth dépassant de la paroi. Rahan s’empresse de le sortir de ce mauvais pas, à l’aide de lianes. Remonté à la surface, tout penaud, Vegrah (l’adolescent) s’excuse de son larcin, en disant qu’il s’agissait juste d’un emprunt pour montrer l’arme à son clan. C’est désormais au fond du trou qu’il va falloir récupérer le coutelas, en suspension sur une corniche plus bas, au bord d’un abîme encore plus profond ! Rahan s’y essaie en descendant le long de la liane. Il manque alors de recevoir sur le paletot un rhinocéros qui s’est fait piéger. Finalement, il laisse l’adolescent rattraper sa faute, au risque de laisser son coutelas disparaître à tout jamais…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Comme chaque année, à l’approche de l’été, Rahan revient en adossant son aventure à un site archéologique préhistorique national. Cette fois, ce sera Romain la roche, dans le Doubs, où a été découvert un aven naturel, qui s’est rempli au fil des âges farouches de débris et carcasses d’animaux, comme autant de témoignages des ères préhistoriques. Or la particularité de ce lieu ne sert finalement qu’une légère anecdote au sein de l’aventure : le jeune compagnon de Rahan s’agrippe à une défense qui dépasse de manière incongrue de la paroi. Le reste de l’album se focalise sur une histoire d’éducation, un périple initiatique, une transmission de valeurs entre Cheveux de feu et Vegrah. L’intention était bonne, mais l’inspiration de Jean-François Lécureux, scénariste depuis la mort de son père Roger, n’est guère convaincante. Le duo traverse en effet divers séquences qui se veulent éducatives, mais s’avèrent surtout bancales : un marécage de tourbe d’où ils remontent par accident un macchabée parfaitement conservé (parce que oui, c’est la particularité de la tourbe), un ptérodactyle qui a un « soleil » sur le crâne (en fait un œuf coincé, histoire d’expliquer la légende de la vouivre !). Surtout, Rahan macère inlassablement dans son autosatisfaction. Cette particularité est d’autant plus insupportable, qu’elle permet essentiellement à André Cheret de le dessiner au sein planches enchevêtrées de scènes d’action, en train de se remémorer ses exploits passés. Cheret a toujours un dessin réaliste solide, mais sa « griffe » dévoile de nouveau beaucoup d’automatismes caricaturaux (à l’instar de la couverture). Bref, on revoit donc une 10 000e fois la mort de Crao, le vol du coutelas, et moult périples héroïques… Outre l’agacement que ce délaiement procure, Rahan ferait-il ici l’aveu de son déclin, prouvant que ses exploits se trouvent désormais derrière lui ? Si on devait l’expurger de ces souvenirs, ce 11e tome se révèlerait bien maigre…

voir la fiche officielle ISBN 9782913567504