parution 03 juin 2020  éditeur Casterman  Public ado / adulte  Thème Historique

Jhen T18

Le conquérant

Le fantôme de Guillaume le conquérant apparait aux habitants de Bayeux, réclamant que son trésor – dont la tapisserie représentant sa conquête – restent en Normandie. Jhen est là, qui aide à percer ce mystère. Une excellente aventure de l’architecte !


 Jhen T18 : Le conquérant (0), bd chez Casterman de Mangin, Teng
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2020

L'histoire :

En juillet 1435, Jhen Roque visite l’Abbaye aux Hommes de Caen. Le maître architecte s’étonne que le bâtiment ait aussi peu souffert de la guerre de 100 ans qui fait rage… lorsqu’une troupe de soldats anglais pénètre de force dans l’enceinte. Ils dérobent le trésor de l’abbaye et assassinent deux moines. Puis ils rapportent le tout au fort de Bayeux, en kidnappant également Jhen. Ils imaginent que leur maître, le duc de Bedford, sera ravi de cet otage artiste… Mais ce dernier est un ami et un admirateur de Jhen. Il le délivre sur le champ, sermonnant au passage le chef des pillards. Jhen s’insurge alors contre le pillage auquel il a assisté. Mais Bedford lui rappelle que par sa lignée, il est un authentique descendant de Guillaume le conquérant et que donc le trésor de cet illustre roi revient à son pays, de droit. Il envisage d’ailleurs de le rapporter en Angleterre et propose même à Jhen, qui s’oppose à ce pillage, de devenir architecte en chef de son futur château outre-Manche. Jhen se donne tout de même quelques jours de réflexion. Il en profite pour faire du tourisme dans la Cathédrale. Il découvre ainsi la célèbre broderie relatant les exploits de Guillaume le conquérant. Puis il assiste, le soir venu, à une « farce » (pièce de théâtre) au cours d’un fastueux banquet érigé par son ami le duc. Mais alors que la farce va commencer, le public s’épouvante : de chaque côté de la placette, sur les hauteurs de la cathédrale et d’un donjon, les fantômes de Guillaume et de la reine Mathilde viennent d’apparaître dans des volutes glauques et illuminées de fumée. La foule est terrorisée. Jhen se doute d’une supercherie…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Cornegidouille ! Une nouvelle scénariste à la tête de Jhen, série d’aventures médiévales initiées par Jacques Martin ? Oui, mais pas n’importe laquelle… Forte de son diplôme d’historienne, Valérie Mangin est déjà à la tête de l’excellente « sequel » Alix Senator, sous l’antiquité romaine, issue du même Jacques Martin. En outre, cette authentique bayeusaine (habitante de Bayeux) focalise ici sur une relique historique qu’elle connait par cœur : la célébrissîme tapisserie, alias la Telle du conquest représentant la conquête de l’Angleterre par Guillaume le conquérant. Il est aussi courant de considérer cette bande de 68 mètres de long comme l’une des premières bandes dessinées de l’Histoire, ce qui accorde un sens de plus à cette intrigue. Jhen, architecte indépendant et bourlingueur, fait donc cette fois étape en Normandie, une région alors occupée par les anglais. A l’image de ses précédentes aventures, durant lesquelles sa relation avec Gilles de Rais est ambigüe, Jhen se retrouve cette fois protégé par le duc de Bedford et « en même temps », il s’oppose ostensiblement à lui dans sa résolution de piller les joyaux normands. Toutefois, quatre siècles après sa prise de l’Angleterre et son hégémonie en Europe occidentale, le souvenir de Guillaume le conquérant est encore très puissant. Et c’est à l’énigme de son fantôme, protecteur de son trésor et de la tapisserie de Bayeux – à laquelle il manque authentiquement la fin – que doit se confronter Jhen. Ce récit est donc parfaitement en phase à la fois avec le contexte géopolitique et avec la psychologie de Jhen – un artiste intègre, intelligent et respecté, et non une tête brûlée – mais aussi avec le bénéfice didactique de la série. La narration est équilibrée, pas trop bavarde (c’est souvent le reproche fait aux précédents volumes) et parfaitement limpide (l’hermétisme des débats est un autre grief fait couramment à Jhen). Ultime bonheur : le dessinateur néerlandais Paul Teng, qui a déjà officié sur les tomes 15 et 16, se révèle un honnête continuateur de la griffe artistique initiée par Martin. Si le style est différent (moins ligne claire), son trait réaliste est en revanche d’une grande justesse, tant dans les proportions, les postures et les mouvements des personnages, que pour la majesté des décors, détaillés et nombreux.

voir la fiche officielle ISBN 9782203172609